lundi 3 mars 2014

Norauto : comment vous faire payer l’inutile.

Je vous avais parlé de l’achat de pneus neige chez Norauto ; laissez-moi vous conter la suite : le montage desdits pneus, dans le centre Norauto près de chez moi.
Il était une fois, donc, un achat de pneus sur le site Norauto.fr au moyen duquel on pouvait également réserver et payer leur montage dans le centre de son choix. Au jour et à l’heure prévus, je pointai donc mon nez dans l’enseigne de Villabé (91). Pour une fois –ce devait être pace que c’était l’heure d’ouverture-, je n’attendis pas 10 minutes qu’on vienne me servir. Je laissai donc les clés et la voiture sur le parking, et allai faire un tour en attendant que tout soit prêt.
Pendant le rendez-vous, le centre m’appela au téléphone m’annonçant que les pneus en cours de démontage présentaient une usure anormale et qu’il fut souhaitable de faire une opération de parallélisme. Malgré mes questions sur ce qu’est vraiment un parallélisme et sa nécessité malgré l’âge plutôt juvénile de mon véhicule, mais faisant confiance aux observations de professionnels, j’acceptai cette proposition que l’on m’annonça déjà plus chère que le montage des pneus.
Lorsque je récupérai ma voiture, on me remit une fiche de diagnostic de parallélisme. Ou plutôt, elle fut sans doute laissée sur le siège passager par le technicien. Un oubli peut-être ? Je retournai alors immédiatement à l’accueil du centre et m’étonnai des résultats. Si ma lecture était est bonne, on remarquait que, d’une part, toutes les valeurs présentes avant la maintenance semblaient correctes –c’est-à-dire pleinement dans la plage de valeurs de références-. Et, d’autre part, il me sembla que 2 données après maintenance (« carrossage »), présentaient une valeur en dehors de toute zone correcte –alors que ce n’était pas le cas avant-.
image
Après avoir attendu 10 minutes que l’hôtesse d’accueil qui tenait également la caisse et tentait en même temps de réparer le câble de l’écran de son ordinateur m’adresse enfin la parole, je lui posai la question du pourquoi du comment. Sa première réponse évasive, son regard vide, puis son aveu « ah mais moi, j’suis pas technique !» finit par router ma demande vers le chef d’atelier. Je lui demandai donc m’expliquer en détail la nécessité de faire une géométrie alors que les valeurs trouvées semblent finalement tout à fait normales lors de la mesure, et je souhaitai alors son avis sur la manière dont une action corrective pouvait amener des valeurs bien pire que sans rien faire. Sa réponse fut désarmante « si, si, c’était nécessaire ! Mon technicien a vu qu’il y avait un problème », sans argumenter davantage cette escroquerie manifeste à 75,80 euros TTC qui ne semblait pouvoir se résoudre au sein même de ce centre d’une efficacité douteuse.
Je reprenais ma fiche de mesure, mes pneus d’été soi-disant usés anormalement et rentrai chez moi. Je passai alors 10 petites minutes à observer ces 2 pneus avant et à en mesurer l’usure : aucun des pneus n’était plus abîmé que l’autre ; chaque pneu avait la même usure intérieure et extérieure. Bref, des pneus tout à fait normaux pour 30.000 km et comparable aux 2 pneus arrière.
L’avantage de Norauto, c’est que son réseau est suffisamment fort pour qu’un service clients existe et se doive d’être efficace. J’envoyai donc un mail de réclamation au siège, qui me répondait dans les 3 jours, me disant ne pas comprendre pourquoi un parallélisme avait été demandé, vues les mesures fournies. 10 jours plus tard, j’étais remboursé de la totalité de cette opération inutile.
J’aurais aimé penser que ce type de manœuvres de la part d’un garagiste était devenu une légende urbaine. J’aurais aimé croire que les succursales d’une grande enseigne étaient dirigées et opérées par des gens compétents et intègres. Que ce serait-il passé si cette feuille de mesure n’avait pas été (bêtement ?) laissée dans la voiture par le technicien ? Que ce serait-il passé si j’avais simplement fait changer des pneus et qu’on ne m'avait pas rendu les anciens ? La réponse est simple : je me serais fait escroquer de 75,80 euros. J’ai donc simplement découvert que le Norauto d’à côté de chez moi tente de faire son chiffre comme n’importe quel camelot, sans installer la moindre confiance avec un client qui –qui sait- pourrait un jour revenir. Dans mon cas, c’est clair que je ferai démonter mes pneus hiver ailleurs. Chez un concurrent, de préférence.