mardi 26 août 2014

La Poste, ses plates-formes et son niveau de qualité

La Poste ? Ah oui ! C’est la société qui vous promet des livraisons de colis en 48 heures. Sauf l’été, où les colis semblent suivre le parcours du tour de France, dopage compris : départ de Bayeux, puis plate-forme Ouest, puis plate-forme briarde, puis retour dans l’ouest, puis arrivée dans l’est sur la plate-forme Meuse-Champagne-Ardennes, puis retour plateforme briarde. Toutes mes félicitations à La Poste pour la qualité de ses services, la formation de ses personnels, et l’empreinte carbone qu’elle laisse.
image

dimanche 24 août 2014

Amazon : le contenu Kindle plus cher que le livre

C’est la beauté du numérique à l’état pur, le summum de l’achat en ligne, l’apothéose de l’économie digitale : Sur Amazon, certains livres sont moins chers en format papier (broché) qu’en format numérique (lecteur Kindle).
clip_image002

lundi 19 mai 2014

Encore un mauvais étiquetage chez Intermarché

Le mois dernier, je vous présentai le gigot de vache façon Intermaché. Si l’étiquetage en question créait en moi quelques interrogations sur le sérieux du distributeur, il avait au moins eu le mérite de me faire sourire.
Mais, toujours en tant que client, j’ai découvert ce nouveau problème d’affichage, cette fois sur la provenance d’un produit. Regardez bien ce rayon fruit et observez les détails : la mangue proviendrait du Brésil, à en croire l’étiquette, alors que les caisses mentionnent clairement « Mangue de Côte d’Ivoire »
WP_20140517_012
image
image
Cette fois, je me pose un cas de conscience : suis-je le client d’une enseigne dont le management local est incompétent ? Ou bien suis-je abusé par la marque Intermarché qui n’a en fait aucun intérêt à faire de la traçabilité alimentaire une de ses priorités ? Que devrais-je penser de la véracité des affichages des autres produits ? Et là, je ne souris plus du tout.

vendredi 9 mai 2014

Harcèlement téléphonique canalsat

Voilà plusieurs jours que CanalSat, ou un centre d’appel se faisant passer pour CanalSat m’appelle –parfois plusieurs fois par jour- sur ma ligne fixe dont le numéro est pourtant en liste rouge. Le scénario est toujours le même : dès que je décroche on m’appelle par mon nom, puis la personne se présente comme « mon conseiller CanalSat via notre partenaire freebox ». Puis dans la demi-seconde qu’il lui reste avant que je lui dise à nouveau ma façon (désagréable) de penser, il tente de me vendre sa soupe. Les appels se font bien entendus depuis des numéros différents à chaque fois, histoire de brouiller les pistes et, surtout, de passer outre le filtre que j’ai mis en place pour bloquer ces appels (mis à jour à chaque appel).
Mais, où est le sérieux et la légalité de ces entreprises ? Free, mon opérateur téléphonique, n’aurait-il pas vendu mes données personnelles malgré mon interdiction ? CanalSat ne saurait-il pas que les appels téléphoniques malveillants réitérés ou les agressions sonores en vue de troubler la tranquillité d'autrui, sont punis d'un an d'emprisonnement et de 15 000 euros d'amende (article 222-16 du code pénal) ? Seraient-ce des tentatives désespérées de CanalSat pour acquérir à tout prix des nouveaux clients avant même que Netflix ne vienne lui rafler le marché ? Des markéteux à deux centimes d’euros peuvent-il encore penser aujourd’hui qu’en agressant les gens régulièrement on a davantage de chances de leur vendre quelque chose ?
Voici en tout cas les numéros des appelants, que je mettrai à jour à chaque nouvel appel :
0170447730,
0172785131,
0175612540,
0171025801,

SFR Mon C…!

Une belle publicité SFR trouvée il y a quelques temps au hasard des couloirs d’un métro parisien.

image

Quoi de particulier ? Regardez-bien… A vous de vous faire votre propre interprétation…

image

mercredi 30 avril 2014

Intermarché et gigot de vache

Cher Intermarché, c’est “La qualité d’abord”. La qualité des produits, bien entendu. D'ailleurs, grâce à Intermarché, je vais pouvoir goûter à du gigot de vache d'une qualité certaine.
En dehors de cette mention plutôt anodine et assez drôle, cette erreur soulève des questions un peu plus profondes sur la traçabilité de la viande du distributeur, sur le sérieux du suivi des viandes, et plus généralement sur la confiance que le consommateur peut accorder aux mentions obligatoires de l'étiquetage.
Devrais-je avoir aussi des doutes sur les étiquettes de barquettes de viandes qui me semblent correctes ?
image

mardi 15 avril 2014

Remboursement retard TGV : L’escroquerie SNCF

Isabelle Lefort est la Responsable du Service Garantie Ponctualité de Caen (avec majuscules dans le texte). Sous ce nom à rallonge se cache le service de la SNCF chargé de traiter les demandes de dédommagements pour les retards des trains. Isabelle m’a écrit et a répondu par mail à ma demande faite en ligne. Elle m’a dit :
A la suite du retard subi au cours de votre voyage, vous nous avez adressé votre billet pour demander une compensation financière.
Avant toute chose, je souhaite vous faire part des regrets de SNCF pour ce retard et les désagréments qu'il a pu vous causer.
Après analyse de votre dossier, je ne peux cependant répondre de manière positive à votre attente. En effet, la compensation, au titre de la Garantie Ponctualité incluse dans LA GARANTIE VOYAGE, s'applique aux retards de 30 minutes et plus.
Isabelle, qui est à Caen, et qui traite le retard d’un train partant de Karlsruhe et arrivant à Paris, doit avoir une vraie connaissance du parcours de tous les trains. D’ailleurs, elle le sait beaucoup mieux que ma montre et l’horloge du quai de la gare de l’Est qui affichaient toutes 2 la même heure : 30 minutes de retard par rapport à l’heure prévue lorsque le TGV s’est arrêté en bout du quai. De la fenêtre de son bureau, à Caen, Isabelle n’a d’ailleurs pas pu voir ses collègues SNCF qui, sur le quai de mon train, distribuaient les enveloppes retard pré-remplies à tous les voyageurs pour, justement, lui faire parvenir nos demandes.
Mais Isabelle doit avoir des objectifs. Ceux de réduire les compensations malgré les regrets pour les désagréments causés ; ceux de réduire son temps de traitement des dossiers ; ceux de faire semblant d’améliorer le service d’une société nationale de transports au désarroi.
Aussi, j’aurais aimé répondre par mail à Isabelle. J’aurais aimé lui dire qu’elle ne fait pas son travail correctement et honnêtement. Comme elle m’avait écrit avec son adresse ne_pas_repondre@sncf.com, je ne pouvais la joindre de nouveau et je pensais alors que, si jamais Isabelle existait vraiment, elle me prenait tout de même pour un imbécile.

À Caen un service SNCF de qualité pour ces retards et les désagréments qu'il a pu nous causer ?

lundi 3 mars 2014

Norauto : comment vous faire payer l’inutile.

Je vous avais parlé de l’achat de pneus neige chez Norauto ; laissez-moi vous conter la suite : le montage desdits pneus, dans le centre Norauto près de chez moi.
Il était une fois, donc, un achat de pneus sur le site Norauto.fr au moyen duquel on pouvait également réserver et payer leur montage dans le centre de son choix. Au jour et à l’heure prévus, je pointai donc mon nez dans l’enseigne de Villabé (91). Pour une fois –ce devait être pace que c’était l’heure d’ouverture-, je n’attendis pas 10 minutes qu’on vienne me servir. Je laissai donc les clés et la voiture sur le parking, et allai faire un tour en attendant que tout soit prêt.
Pendant le rendez-vous, le centre m’appela au téléphone m’annonçant que les pneus en cours de démontage présentaient une usure anormale et qu’il fut souhaitable de faire une opération de parallélisme. Malgré mes questions sur ce qu’est vraiment un parallélisme et sa nécessité malgré l’âge plutôt juvénile de mon véhicule, mais faisant confiance aux observations de professionnels, j’acceptai cette proposition que l’on m’annonça déjà plus chère que le montage des pneus.
Lorsque je récupérai ma voiture, on me remit une fiche de diagnostic de parallélisme. Ou plutôt, elle fut sans doute laissée sur le siège passager par le technicien. Un oubli peut-être ? Je retournai alors immédiatement à l’accueil du centre et m’étonnai des résultats. Si ma lecture était est bonne, on remarquait que, d’une part, toutes les valeurs présentes avant la maintenance semblaient correctes –c’est-à-dire pleinement dans la plage de valeurs de références-. Et, d’autre part, il me sembla que 2 données après maintenance (« carrossage »), présentaient une valeur en dehors de toute zone correcte –alors que ce n’était pas le cas avant-.
image
Après avoir attendu 10 minutes que l’hôtesse d’accueil qui tenait également la caisse et tentait en même temps de réparer le câble de l’écran de son ordinateur m’adresse enfin la parole, je lui posai la question du pourquoi du comment. Sa première réponse évasive, son regard vide, puis son aveu « ah mais moi, j’suis pas technique !» finit par router ma demande vers le chef d’atelier. Je lui demandai donc m’expliquer en détail la nécessité de faire une géométrie alors que les valeurs trouvées semblent finalement tout à fait normales lors de la mesure, et je souhaitai alors son avis sur la manière dont une action corrective pouvait amener des valeurs bien pire que sans rien faire. Sa réponse fut désarmante « si, si, c’était nécessaire ! Mon technicien a vu qu’il y avait un problème », sans argumenter davantage cette escroquerie manifeste à 75,80 euros TTC qui ne semblait pouvoir se résoudre au sein même de ce centre d’une efficacité douteuse.
Je reprenais ma fiche de mesure, mes pneus d’été soi-disant usés anormalement et rentrai chez moi. Je passai alors 10 petites minutes à observer ces 2 pneus avant et à en mesurer l’usure : aucun des pneus n’était plus abîmé que l’autre ; chaque pneu avait la même usure intérieure et extérieure. Bref, des pneus tout à fait normaux pour 30.000 km et comparable aux 2 pneus arrière.
L’avantage de Norauto, c’est que son réseau est suffisamment fort pour qu’un service clients existe et se doive d’être efficace. J’envoyai donc un mail de réclamation au siège, qui me répondait dans les 3 jours, me disant ne pas comprendre pourquoi un parallélisme avait été demandé, vues les mesures fournies. 10 jours plus tard, j’étais remboursé de la totalité de cette opération inutile.
J’aurais aimé penser que ce type de manœuvres de la part d’un garagiste était devenu une légende urbaine. J’aurais aimé croire que les succursales d’une grande enseigne étaient dirigées et opérées par des gens compétents et intègres. Que ce serait-il passé si cette feuille de mesure n’avait pas été (bêtement ?) laissée dans la voiture par le technicien ? Que ce serait-il passé si j’avais simplement fait changer des pneus et qu’on ne m'avait pas rendu les anciens ? La réponse est simple : je me serais fait escroquer de 75,80 euros. J’ai donc simplement découvert que le Norauto d’à côté de chez moi tente de faire son chiffre comme n’importe quel camelot, sans installer la moindre confiance avec un client qui –qui sait- pourrait un jour revenir. Dans mon cas, c’est clair que je ferai démonter mes pneus hiver ailleurs. Chez un concurrent, de préférence.

lundi 10 février 2014

Service après-vente Grohe

Grohe, marque allemande d’équipements sanitaires : Produits robustes, hautement technologiques, d’un design résolument moderne. Bref, une marque qui inspire confiance. C’est sans doute pour cela que ceux qui ont bâti mon logement avaient mis du Grohe dans toutes les pièces d’eau. Et cela n’a pas posé de problème pendant des années, jusqu’à ce que le robinet de la cuisine ne présente une défaillance bizarre. N’ayant pas été capable de le démonter (bloqué ?), n’ayant pas non plus de notice et n’étant même pas capable de trouver la référence du modèle pour pouvoir éventuellement racheter le même, je me suis finalement décidé à contacter Grohe au moyen de leur formulaire mis en ligne sur leur site web. Mes deux questions étaient simples : 1/ Quel est le nom de la série du robinet photographié en pièce jointe 2/ Sachant qu’il présente une fuite au niveau de la flèche de cette même photo, quelle pourrait en être la cause.

10 jours plus tard, j’attends toujours une réponse du service clients. Aucune réponse me demandant de patienter, ni même aucun accusé de réception ne m’informant que l’on traiterait ma demande. Je constate donc que soit ma demande de petit particulier ne suscite aucun intérêt, soit que le traitement des demandes clients n’est pas à la hauteur de qualité que cette société prétend avoir. En tout cas, loin du leadership international qu’elle vend. Une marque allemande gérée en France par des français, sans doute…

Et je me demande… dois-je vraiment continuer à considérer Grohe pour mes rénovations ?

vendredi 3 janvier 2014

Livraison aquarelle-gourmand.com

Aquarelle.com et aquarelle-gourmand.com livrent bouquets de fleurs, chocolats, et autres babioles décoratives. D’une manière générale, les produits sont de bonne qualité, bien présentés ; la commande sur le site est assez facile, et la livraison se fait dans les temps annoncés. Tout serait donc parfait si Aquarelle avait la maîtrise totale de sa chaîne de valeur. Or, comme tout site d’e-commerce, la société fait appel à des « transporteurs ». Transporteur, c’est un nom assez joli pour identifier des sociétés de colisage qui font parfois appel à un chauffeur-livreur au QI digne d’une huître oubliée au fond d’un cageot de Rungis au mois d’août.
J’en veux pour preuve ce splendide bouquet en chocolat que j’avais commandé sur le site, et fait livrer la veille de Noël à un membre de ma famille. C’eut été une belle surprise et une attention particulière. Malheureusement, le bas-du-front au volant de son camion ne s’est pas donné la peine de sonner chez le destinataire –qui pourtant n’avait pas bougé de la journée-, ni même de passer un petit coup de fil. Et il a seulement pris la peine de balancer le colis par-delà le portail. Cette gourmandise en chocolat –sans doute belle à l’origine et, également, fragile - s’est donc finalement retrouvée coincée entre les thuyas et la poubelle. Le destinataire n’a trouvé son cadeau que plus tard dans la soirée, par hasard, en sortant ses poubelles justement, délavé sous la pluie, et en se demandant qui avait bien pu balancer un carton dans son jardin.
À ne pas en douter, le père Noël d’Aquarelle est proche de l’ordure.
Cette petite blague était tout de même facturée une dizaine d’euros. Le prix d’une pseudo-livraison qui vient totalement ruiner l’acte d’achat. Alors, certes, me direz-vous « c’est la faute du livreur ». Oui. Mais c’est à Aquarelle.com que je paie ces ‘frais’, en plus du prix d’achat du produit. Et, tant que ce genre de société d’e-commerce fera appel à des gens qui, en bout de chaîne, viendront anéantir leurs efforts, elles remettront en question leur image à chaque livraison.
À noter également que l’état de la commande que l’on peut consulter en ligne est assez cohérent avec l’intelligence limitée du transporteur : incompréhensible. J’imagine que « bal » signifie « boîte aux lettres » (même si je ne comprends pas « lecture à l’arrivée ». J’imagine que « deposer portr » signifie en langage SMS d’un livreur à doigts calleux « j’ai déposé le colis à la porte comme un vache aurait déposé sa bouse ». Par contre « lpse »… non… je ne vois pas.
image
Au moins, la prochaine fois, je ne poserai pas tant de question. Puisqu’il n’y aura pas de prochaine fois.