lundi 6 février 2012

Retard TGV : remboursements

La SNCF, c’est une des seules sociétés de transport au monde capable de faire arriver ses voyageurs à l’heure prévue –à la minute près- après un parcours de 600 km. Et la SNCF est aussi une des rares sociétés à pouvoir emplafonner son horaire d’une demi-heure sur un trajet d’1 heure prévue. Et pourtant, les horaires, à la SNCF, on prend ça très au sérieux. D’ailleurs, on est même prêt à dédommager le client lorsque de gros retards se font sentir. Sur les grandes lignes, on consent par exemple donc à vous accorder une indemnisation si votre train arrive à destination au moins 30 minutes après l'heure prévue : 25% du prix du billet dès 30 minutes ; 50% dès 2 heures de retard ; 75% au-delà de 3h de retard.

Mon TGV étant, selon ma montre, arrivé 30 minutes en retard à ma destination, j’ai donc demandé en ligne un tel remboursement. La réponse, tombée par mail comme un couperet moins de 2 heures ouvrées après, semble sans appel :

“Vous faites part du retard rencontré lors de votre voyage de xxx à xxx , le xx/xx/2012. Vous demandez un dédommagement.
Après examen, j'ai le regret de vous informer que celui-ci n'est pas possible. En effet, le retard de votre train était inférieur à 30 minutes (27 minutes validées). Par l'Engagement Horaire Garanti, pris en accord avec les Associations Nationales de Consommateurs, la SNCF s'engage à dédommager ses clients pour des retards d'au moins 30 minutes, sur des parcours en train Grandes Lignes, et lorsque la cause lui en est imputable.
Sincères salutations.”

 

Là, on se rend compte à quel point la SNCF sait bouffer une pendule lorsque ça l’arrange. Ou bien sait-elle tout simplement arrondir les secondes à son avantage… Je ne le saurai jamais car, finalement, elle est à la fois juge et partie.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire