mardi 6 décembre 2011

Marché des tablettes : La grande escroquerie de Noël.

500.000 ! C’est, selon certaines études marketing, le nombre de tablettes numériques que le Père Noël pourrait mettre sous le sapin cette année. C’est un chiffre qui fait froid dans le dos. Non pas qu’il soit mauvais pour l’industrie – bien au contraire-, mais il reflète surtout une espèce de désarroi consumériste; une sorte d’errance numérique.

D’une part, que vont faire ces 500.000 français d’une tablette ? Eh bien, ‘pas grand-chose’ si j’en crois les quelques investigations que je fais autour de moi - qui n’ont pas, je l’avoue, valeur scientifique. Non. Les français semblent adorer ces petits objets par effet de mode, par attraction publicitaire vantant les possibilités supposées infinies et les millions d’applications, par simple envie de posséder un objet dont le spectre d’utilisation est beaucoup plus limité qu’on voudrait bien le faire croire.

D’autre part, j’imagine mal que ces centaines de milliers de foyers rêvant au joujou tactile fassent partie des classes les plus aisées. Tout comme l’a été l’avènement du smartphone dans le segment grand public, je crains que cet énième outil de communication ne vienne encore plomber les comptes de ceux-là même qui se plaignent de la baisse de leur pouvoir d’achat.

Enfin, je serais prêt à parier que l’arrivée sur le marché d’un nombre aussi important d’appareils en un laps de temps aussi court va créer quelques soucis logistiques et de support technique que les distributeurs ne pourront sereinement gérer et éponger. Cela ne manquera donc pas de créer quelques frustrations supplémentaires auprès du client final.

Tout au mieux, le moitié de ces tablettes servira pleinement quelques mois, avant qu’elles ne soient remisées au placard… ou d’être remplacées par un modèle plus abouti et plus cher à Noël prochain.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire