vendredi 23 décembre 2011

Gervais et Playmobil : le cadeau anxiogène

Ces derniers temps, Gervais offre en cadeau avec ses packs de petits suisses un mini-livre pour enfants, co-brandé avec la célèbre marque Playmobil, et racontant des histoires de ses figurines : « Gervais, les histoires qui font grandir ». La collection de ces mini-livres cartonnés et plastifiés présente, je l’avoue un certain intérêt pour les tout-petits en développant un imaginaire d’aventuriers, de princesses, ou autour d’événement du quotidien.

image

Oui mais il est un épisode de cette collection que je trouve particulièrement mal conçu, pas approprié pour des jeunes enfants et tout simplement anxiogène. Son nom « Que se passe-t-il à la maison ?», raconte l’histoire d’une maman qui pense avoir des cambrioleurs à la maison avant de découvrir, finalement, que le raffut du foyer est provoqué par les cochons d’inde des enfants qui se sont échappés de leur cage.

041

En voici quelques passages.

« Que se passe-t-il ? Ce n’est pas le bébé car il dort. Cela ne peut signifier qu’une seule chose. Il y a des cambrioleurs à la maison. » pense la maman. […] Inquiète, elle appelle son mari. « Nous avons des cambrioleurs à la maison. Rentre tout de suite ! » lui dit-elle. […] Le papa se précipite vers la chambre du bébé. La maman lui ouvre la porte avec soulagement. « Tout va bien ? » demande-t-il. « Oui, mais les cambrioleurs sont sûrement encore dans la maison », dit la maman angoissée. […] Soudain un bruit résonne à nouveau. « Cela vient de la salle à manger ! », crie le papa. Ils y découvrent de la vaisselle cassée sur le sol.

042

Je me demande bien ce qui peut passer dans la tête d’un concepteur d’une telle histoire, connaissant la cible des lecteurs. Je me demande également si de tels contenus sont validés, au moins par un chef produit qui se poserait de vraies questions sur la valeur de sa marque et de ses partenariats, ou bien par un panel de clients (ou d’employés de la marque ayant des enfants), ou tout simplement par un psychologue.

Moi en tout cas, mon choix est fait : je préfère lire à mes enfants des histoires positives. S’ils ne vivront pas dans un monde idéal, je n’ai pour autant pas envie de leur créer des angoisses sécuritaires avant même qu’ils ne sachent lire et écrire. Ce n’est par ailleurs l’idée que je me faisais des valeurs de la marque Playmobil. Ni du positionnement de Danone sur cette marque.

 

Note - je me passerai également de commenter cette phrase, toujours extraite du même livre :

« Maintenant je vais prendre un bon bain pour me détendre avant de faire le ménage » songe la maman.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire