mardi 19 avril 2011

Technologie de télévente

Il y avait d’abord les vendeurs. Puis on les a appelés télévendeurs. La différence entre les deux ? Mettre la technologie au milieu en faisant croire au client que, de cette manière, le vendeur lui apporte une valeur ajoutée lors de son achat. Alors que, souvent, la raison n’est ni plus ni moins qu’économique pour le marchand qui ne souhaite qu’une chose : rationnaliser ses coûts et augmenter son chiffre.


Bref.


Une société suédoise, 3LiveShop, croit donc une nouvelle fois réinventer la poudre du commerce en mettant en œuvre une nouvelle technologie de télévente. Alors, tout de même, soyons franc : l’innovation technique apportée par cette société est bien réelle. Mais le scénario d’usage a-t-il vraiment un avenir ? Par exemple : Le consommateur est-il prêt à être face à un télévendeur pour un achat sur internet où, justement, il peut se faire son avis sans nécessairement s’infuser les propos stériles et formatés d’un vendeur qui n’y connaît parfois rien ? Le télévendeur « offshore » que le français a parfois du mal à accepter par son accent un peu appuyé donne-t-il une valeur supplémentaire au produit si, en plus de la voix, on y ajoute l’image ?


Tout au plus, ce type de virtualisation aidera-t-elle certains scénarios clients où, pour du support informatique par exemple, on aimera avoir une démonstration en direct. Je suis toutefois curieux de voir quelle pourra être la société qui mettra en œuvre avec succès ce type de scénario. Toutes celles qui ont tenté la visio-vente ces dernières années ont pourtant échoué…



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire