mardi 4 janvier 2011

Dysfonctionnements à la SNCF : et la banlieue dans tout ça ?

Depuis quelques semaines, les média relèvent certains dysfonctionnements de la SNCF. Tout a commencé par des retards techniques liés aux intempéries. Puis il y a eu cette histoire de train mettant plus de 24 heures pour faire Strasbourg-Nice. Et, à nouveau, on parle aujourd’hui d’une erreur d’aiguillage qui a interverti des rames sur les destinations Nantes et Rennes. Et nos politiques de prendre la parole sur le sujet, histoire de montrer que l’on se soucie du voyageur et, accessoirement, qu’on a toujours un œil d’actionnaire sur la vie du rail.

Soit.

Mais ce que je trouve plutôt paradoxal, c’est que l’on continue à passer sous silence le dysfonctionnement quasi-total du réseau ferré de banlieue parisienne. Celui qu’empruntent des millions de gens chaque jour et qui, eux aussi, sont confrontés à des pannes, à des excuses bidons, à des cheminots qui oublient de se lever pour prendre leur service, à des retards multi-quotidien pour tout et pour rien. Et c’est cela tous les jours. Mais là, point de journaliste car tout se passe bien au-delà du périph. Point de politiques non plus (sauf en période d’élections, pour distribuer des tracts sur les quais) pour constater que l’on a encore du mal à considérer l’usager du train pour un client.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire