mercredi 22 septembre 2010

Retraite des fonctionnaires européens

On parle beaucoup de la retraite des français et les responsables politiques de tous bords tentent régulièrement de comparer la situation locale avec quelques points choisis parmi d’autres pays de l’Union Européenne. Et au final, personne n’y comprend rien car, finalement, la comparaison est excessivement difficile.

Mais il me semblait pourtant intéressant d’observer ce que fait l’Europe, notamment au niveau des pensions de ses fonctionnaires. Là, l’information est publique et facilement accessible. Alors regardons.

L’âge de départ

L’âge normal du départ à la retraite est fixé à 63 ans, ce qui ferait peut-être hurler des syndicats français. En revanche, ce statut modifié il y a quelques années a déjà ses aménagements : pour les fonctionnaires âgés de 50 ans ou plus, ou qui avaient déjà 20 années de service ou plus au 1er mai 2004, l’âge de la pension reste fixé à 60 ans.

Par ailleurs, la retraite anticipée est possible à partir de 55 ans, si le fonctionnaire cumule dix ans de service : Il peut alors opter pour une retraite dont ses droits sont réduits de 3,5% par année d'anticipation.

Rappelons qu’en France 1 année sans cotisation équivaut à une diminution de pension de 10% pour un salarié du régime général (contre moins d’1% pour les régimes spéciaux), et qu’il faut avoir cotisé 162 trimestres pour avoir droit à une quelconque allocation.

Le montant

Le fonctionnaire européen peut toucher sa pension dès lors qu’il a l’âge requis et qu’il a effectué 10 années de service. Le montant est calculé sur le dernier salaire touché, donc logiquement le plus haut de sa carrière. Pour chaque année de service effectuée, il touchera 1,9% de ce dernier salaire. Par exemple, pour 20 ans de services, il gagnera donc 38% de ce dernier traitement. À noter que ce montant est plafonné à 70%, ce qui est toujours 20 points de plus qu’un salarié normal français.

Le taux de cotisation

Un fonctionnaire européen cotise pour sa retraite à hauteur de 11,3%. Ce qui en fait un cotisant à peu près équivalant au salarié français du régime général, mais plus mal loti qu’un fonctionnaire français (7,85%).

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire