lundi 1 mars 2010

Internet social à 4 euros par mois

Afin de réduire la fracture numérique, certains bailleurs sociaux s’associent à des fournisseurs d’accès internet pour proposer des services internet à bas coût.
Ainsi verra-t-on à Marseille des logements HLM équipés d’un accès internet câble à 2 Mbps, incluant les chaînes de la TNT et d’une ligne téléphonique comprenant la réception gratuite des appels. Le tout pour environ 4 euros par mois.
Si c’est un fort avantage pour les personnes qui recevront ce type d’offres, voici toutefois les points qui me laissent perplexes :
- Si un ISP peut fournir ce type de service à 4 euros par mois, je pense qu’il est logique de pouvoir faire un effort tarifaire pour les abonnés qui n’ont d’autre choix que de payer un ticket d’entrée à 30 euros par mois.
- L’abonné à 30 euros par mois ne serait-il pas le dindon qui va payer l’abonnement de celui qui paie 4 euros par mois ?
- J’ai autour de moi des personnes en situation de fracture numérique avec des moyens financiers particulièrement limités. Mais ne vivant pas dans un HLM, elles n’auront jamais d’autre choix que de payer se sacro-saint ticket d’entrée à 30 euros par mois. Cette aide sociale limitée à certains quartiers est-elle donc juste d’un point de vue républicain et constitutionnel ?
- Un foyer en situation de fracture numérique n’a peut-être même pas les moyens de se payer un ordinateur. Et n’a peut-être même pas la formation adaptée pour pouvoir en utiliser un facilement.
- 4 euros de service internet par mois, c’est bien… mais encore faut-il que le fournisseur ait mis en place une politique de support qui ne coûte pas 3 mois d’abonnement à chaque fois que l’abonné rencontre un problème technique. Et encore faut-il que la ligne téléphonique de l’abonné, limitée en appel sortant, puisse au moins appeler le service client de l’opérateur.
- Je n’aurai personnellement jamais accès cette offre tarifaire. Et pourtant je paie 7 fois plus pour un débit internet sensiblement équivalent, pour ne pas pouvoir recevoir la TV tellement ce débit est faible –Certes, j’ai accès au téléphone-, et pour ne pouvoir jamais l’avoir tellement ma zone géographique est mal équipée. Serais-je donc moi aussi, quelque part, en situation de fracture numérique ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire