mercredi 10 février 2010

La cour des comptes épingle la SNCF

Extraits :

« En 2008, les conducteurs de ligne travaillent effectivement 6h14 par jour, soit 1h35 de moins que la durée de travail théorique ; les conducteurs de manœuvre travaillent 7h25, soit entre 20 et 35 minutes de moins ; les agents d’accompagnement de la branche Voyageurs France Europe (VFE) travaillent 6h13, ceux de l’activité TER,


6h08, soit environ 1h35 de moins. Au total, la durée journalière de travail effectif moyenne des conducteurs est de 6h22 (durée à distinguer du temps de conduite, sensiblement inférieur). S’agissant du cas particulier du RER B, ligne cogérée avec la RATP, le temps de travail effectif des agents descend même à 5h50 par jour.

[…]


le phénomène des grèves tournantes ou de 59 minutes, tel qu’il s’est prolongé en 2008-2009, pendant plusieurs semaines, à Nice ou à Paris Saint-Lazare, a clairement montré les limites de la loi dont les dispositions, comme la déclaration individuelle d’intention, la réaffectation des conducteurs, l’information obligatoire du public, se sont révélées inopérantes dans ce type de conflits. Ces grèves tournantes ou de 59 minutes ont provoqué l’exaspération des usagers et désorganisé profondément les trafics. Les réponses susceptibles d’être apportées à ces contournements de la loi méritent un examen approfondi. »

Ne nous étonnons pas que les clients de la SNCF (ceux que l’on appelle encore ‘les usagers’) puissent être passablement énervés lorsqu’ils sont confrontés à des grèves quand ils vont bosser pour 35 heures par semaine (au moins).

Source : http://www.ccomptes.fr/fr/CC/documents/RPA/14-SNCF.pdf  

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire