samedi 3 octobre 2009

Stars chantant contre le rechauffement climatique

On se souvient encore de ces troupeaux de chanteurs, acteurs, sportifs et autres people des années 80, braillant en commun autour d’un micro pour faire acheter LE disque qui aiderait à résorber la misère du monde (la faim, la soif, la maladie, le handicap, la calvitie… heu… non, pas la calvitie)

Et bien on remet le couvert avec cette fois des stars internationales chantant contre le réchauffement climatique. Une cinquantaine de vrais artistes et faux chanteurs se mobilisent donc pour faire prendre conscience au monde que la planète va mal.



Wouarf ! Je me gausse.

Hormis le fait que cette opération de comm est patronnée par le très respectable Kofi Annan, j’ai beaucoup de mal à :

- Considérer sérieusement ces stars nous vendre l’idée qu’il faut être écolo, alors qu’elles même préfèrent largement le confort de grosses berlines de marques allemandes et oublient généralement qu’elles peuvent emmener leurs gosses à l’école à pieds. Quand elles n’habitent pas entre l’Europe et l’Amérique, et quand elles ne font pas des allers-retours Paris-Deauville en 4x4 tous les week-ends.

- Adhérer à ces vidéos soi-disant collaboratives, où il y a peu de chance que ces personnes se soient même croisées un jour dans un studio d’enregistrement. Si l’union fait la force de changer le climat, autant qu’il y ait d’abord une union de leurs prescripteurs.

- Croire que toutes ces stars savent chanter. Autant dire que ce n’est peut-être pas la peine de faire de la chanson lorsque tout doit être retravaillé en post production avec AutoTune. Et donc, comment peuvent-elles être crédibles sur l’honnêteté du message qu’elles véhiculent ?

- Écouter une nième reprise d’un tube du passé où aucune création artistique de valeur ne vient apporter un intérêt à la cause. Goldman, pour les restos du cœur, avait au moins créé un morceau qui serait de toutes façons devenu un tube même sans œuvre caritative derrière.

Bien entendu, la cause est noble, louable et juste. Mais, franchement, en fermant la bouche, on dégage moins de CO2.






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire