vendredi 16 octobre 2009

Lutte contre le dopage

On nous rebat à nouveau les oreilles avec des histoires de dopage dans le cyclisme, voire dans le sport en général. C’est mal, mais on s’en fout gravement. Si le sport en est salit, c’est avant tout un problème de morale et de business associé, plutôt que de santé publique. On s’en foutrait même totalement si cette chasse à la substance n’avait pas une conséquence fâcheuse sur le porte-monnaie du contribuable.

Nous payons donc l’Agence Française de Lutte contre le Dopage. Outre les frais généraux fonctionnement (combien ?), il faut également parler des analyses pratiquées.

« Les prestations de service sont soit subventionnées par les pouvoirs publics soit facturées aux autorités ou aux comités d’organisation selon le barème suivant :


• Analyses conventionnelles en compétition (277 €)
• Analyses conventionnelles hors compétition (229 €)
• Analyses spécialisées (EPO/Transfusion sanguine : 245 € et HBOCs : 20 €)
• Matériel de prélèvement avec frais d’envoi (36€) »
(Source http://www.afld.fr/interieur.php?page=10  )

Tout sen sachant que :

(Source : http://www.afld.fr/docs/page1_402_Synthese.pdf  )
« Le nombre de contrôles réalisés en France dans le cadre des textes nationaux régissant les contrôles antidopage s’élève à 10 369, dont 1 268 (soit 12,2 %) pour le compte de fédérations internationales ou d’autres organismes internationaux telle l’association des agences nationales antidopage (ANADO). »

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire