lundi 24 août 2009

Allocation de rentrée scolaire

L’allocation de rentrée scolaire vient d’être versée aux familles les plus modestes ayant des enfants scolarisés entre 6 et 18 ans.

Autant le dire simplement, je suis contre cette allocation ; et pour 2 raisons principales :

D’une part, elle est versée sous condition mais, comme souvent en France, sans aucun contrôle. On assiste alors souvent à une véritable confusion entre « surcoût d’une rentrée scolaire » (principalement l’achat de fournitures) et « frais d’éducation d’un enfant » (achat de vêtements, nourriture, ameublement, etc.) qui est couvert par les allocations familiales si nécessaire, et par les parts d’imposition sur le revenu. On assiste alors souvent à une dérive de la gestion des familles les plus modestes utilisant cette manne financière de la rentrée pour financer des vêtements de marque, pour aider à payer le dernier écran plat acheté à crédit, ou bien encore s’alléger des factures de téléphone portable.

D'autre part, cette allocation démontre un vrai problème dans les valeurs et la gestion de l’éducation nationale ; celle que l’on rêve égalitaire et fraternelle. Pourquoi serait-ce en effet à chaque élève de se fournir en équipement nécessaire à une école de la république, gratuite ? Pourquoi, au sein d’une même classe, risquer des précédents et des jalousies en créant toutes les conditions nécessaires pour que chaque élève ait des biens de qualité et de valeur différente ?

Dans cette course idéologique à l’égalité des chances, il serait vraisemblablement plus intelligent de faire en sorte que chaque élève dispose des mêmes moyens pour travailler correctement : que toutes les fournitures soient définies, commandées et distribuées à chaque élève sous les mêmes conditions. Ceci aurait également l’avantage de regrouper les commandes au sein la centrale d’achat de l’éducation nationale, ce qui rationnaliserait les coûts et la gestion. Enfin, cela permettrait peut-être aux enseignants et aux établissements de se poser les bonnes questions en terme de besoins en fournitures : combien de crayons de couleurs, de paquets de papier millimétré, de livres achetés par les familles ne sont jamais utilisés au cours de l’année ?

En attendant, les familles se ruent volontiers vers les discounters pour s'alimenter, mais leurs enfants auront des Nike aux pieds à la rentrée.
Lamentable.

1 commentaire:

  1. La rentrée coute cher à tout le monde, allocation de rentrée scolaire ou pas

    RépondreSupprimer