vendredi 17 avril 2009

Changement des contenances de produits alimentaires

D’après une directive européenne applicable en France depuis cette semaine, les industriels de l’agroalimentaire seront désormais capables de proposer au consommateur des produits dans des emballages d’une contenance libre. Ce n’était pas le cas jusqu’à présent sur une soixantaine de produits de consommation courante (exemple, les plaquettes de beurres dont le format était limité à 125, 250 ou 500 grammes).

Ainsi, on pourrait voir apparaitre des pots de yaourts de 100 grammes, des bidons de lait d’un demi- gallon ou d’autres équivalences de mesures anglo-saxonnes, etc.

Les associations de consommateurs rappellent qu’il faudra être de plus en plus vigilent sur l’étiquetage des produits et favoriser une comparaison en se basant sur les prix au kilo, ou au litre.

Certes, cela risque d’embrouiller l’acte d’achat et de faire vendre des contenants avec de moins en moins de contenu pour un même prix.

Toutefois, je trouve la démarche séduisante. D’une part parce qu’elle permettra d’adapter plus finement le produit à une demande, soit en augmentant le volume afin de s’adapter à des consommations de type « familles nombreuses » (qui n’ont pas accès à des produits de conditionnement tels que les professionnels peuvent les acquérir dans les enseignes de type Metro), soit en diminuant la contenance en s’adaptant à consommateurs « solo » (en limitant aussi le gâchis). D’autre part, parce qu’augmenter les poids ou volume d’un produit par packaging c’est également limiter l’emballage et donc, potentiellement, de réduire le prix du produit.

Cela dit, il est peu probable que l’industrie change radicalement ses habitudes car la création de nouveaux packagings ou les modifications des chaînes de production ou de logistique auraient un coût certain qui impacteraient tôt ou tard les marges des produits. Par ailleurs, n’oublions pas que les industriels n’ont pas attendu cette réglementation pour limiter la contenance pour un même packaging : rappelez-vous de quelques exemples de produits laitiers ou paquets de gâteaux l’an dernier, en pleine crise des prix des matières premières, dont on avait amputé quelques grammes de produit pour un emballage identique.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire