lundi 8 décembre 2008

Urgences et topographie

En discutant avec la charmante pompier venue me vendre un calendrier (eh oui, la sensualité c’est plus vendeur que le sapeur velu) j’ai appris que la configuration d’accès à mon village permettait de faire arriver chez moi une ambulance en 5 minutes, mais qu’en cas d’incendie il fallait faire déplacer des engins d’une caserne située beaucoup plus loin. Pourquoi ? Parce que le pont enjambant la petite rivière du coin ne supporterait pas la charge.
Ce que je remarque, c’est que cette bizarrerie est parfaitement maîtrisée et planifiée, permettant de toutes manières d’avoir un service d’urgence fiable.
J’aurais aimé que certain ministère prenne en compte ces types de paramètres lorsqu’ils ont redéployé les forces de gendarmerie du département : Depuis l’an dernier, la gendarmerie la plus proche (moins de 3 minutes en voiture) n’est plus officiellement celle qui se déplace en cas de problème, préférant laisser opérer celle située à 10 km qui peut être là en une bonne dizaine de minutes.
Si la sécurité civile s’organisait comme cela, les pompiers vendraient beaucoup moins de calendrier pour la nouvelle année.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire