jeudi 18 décembre 2008

Hotline Free : hors de prix, limite hors-la-loi

Les lois sont souvent faites pour être détournées, malheureusement. Et c’est Free qui s’y colle, en appliquant à sa sauce la loi Chatel, visant à fournir des services de hotlines sur des lignes non surtaxées et un temps d’attente gratuit.

Chez Free, le temps d'attente des appels vers l’assistance téléphonique devient effectivement gratuit pour les appels passés depuis son réseau. En revanche, une fois le client mis en relation avec un conseiller, la prestation est directement prélevée sur la facture de l’abonné à hauteur de 0,34 euro la minute.
Reprenons. Auparavant, le temps d'attente était facturé 0,34 euro la minute et le tarif de communication passait ensuite à 0,15 euro la minute dès lors que vous parliez à un technicien. Aujourd’hui, les communications sont gratuites de bout en bout, mais par contre une prestation de service est facturée à 34 centimes la minute.
Juridiquement malin. Commercialement lamentable.

mardi 16 décembre 2008

La consommation américaine vue par un artiste


Chris Jordan est un artiste américain basé à Seattle qui n’a pour cesse de montrer graphiquement ce que produit, consomme, et jette la société américaine. Une bonne piqûre de rappel en somme pour nous autres européens qui ne sommes finalement pas si éloignés de ces habitudes de consommation.

A voir, notamment, « Running The Numbers, An American Self-Portrait »





lundi 15 décembre 2008

Sites de bourse en ligne : Forte audience en Octobre

Selon Mediamérie, l’audience des sites web de bourse en ligne a cru de 30% en 1 mois pour attendre 1,37 millions de visiteurs en Octobre 2008. 4,2% des internautes auraient donc visité au moins une fois un de ces sites.

La crise a au moins du bon sur un segment de l'économie.
source : http://www.mediametrie.fr/resultats.php?resultat_id=611&rubrique=net

Mise à niveau competitive

Certains éditeurs de logiciels proposent des mises à niveau compétitives, permettant à l’utilisateur d’un produit concurrent de passer à leur solution en bénéficiant de tarifs attractifs.
Imaginez un vrai monde concurrentiel où les marques de produits manufacturés ou de services grand public fassent de même !
Par exemple : Un Orange pourrait proposer un tarif plus bas à tout utilisateur quittant Free.fr ; un Peugeot pourrait proposer ses tarifs de vente à son personnel à tout employé de chez Renault tant qu’il renonce à acheter des Peugeot; un Auchan vous offrirait un bon d’achat conséquent si vous vous engagiez à résilier votre Carte Pass ; etc.
Oui, ce serait une guerre concurrentielle très dure, mais elle ouvrirait nécessairement des opportunités pour les consommateurs. Ne resteraient sur le marché que les marques pour lesquels les clients sont fidélisés parce qu’ils apprécient et comprennent la valeur ajoutée du produit ou du service.

vendredi 12 décembre 2008

Alain Delon cigarettes



On le savait déjà, Alain Delon n’est pas simplement un monument du cinéma français, c’est aussi une marque. Les produits reflètent une certaine notion de luxe et de raffinement à la française. Mouais... A part peut-être cet élément surprenant de la gamme, les cigarettes Alain Delon, vendues dans des régions ou les cancers liés à ce poison ont encore de beaux jours devant eux : Cambodge, Indonésie, Malaisie, Philippines, Singapour, Thaïlande, Brunei, Viêt-Nam, Birmanie, Laos, Chine.
On attend avec impatiences les préservatifs Alain Delon pour les régions d'Afrique, ou l'anti-moustique Alain Delon pour les régions infectées par le paludisme.

Source : http://www.alaindelon.com/f/product_popup.asp?id=14&pic=1

jeudi 11 décembre 2008

LeWeb, un non événement ?

Événement économique ou événement médiatique ? Toujours est-il que se tenait à Paris ces derniers jours la conférence LeWeb08, 5ème édition du genre autour de l’industrie internet. J’ai suivi quelques webcasts de sessions plénières et je dois dire que je reste perplexe sur les motivations et les « outcomes » de ce lieu d’échange. Je m’attendais en effet à trouver des sujets qui permettent à cette profession de voir l’avenir d’un point de vue… professionnel -tant technique que business-, à un lieu d’échange où, outre les considérations générales, on apporterait un partage de savoir faire et où soufflerait un vent de motivation intellectuelle et de créativité industrielle.
Or, le peu que j’en ai vu m’a fait penser à un petite réunion entre amis (1000 personnes sur site, soit 5 fois moins que n’importe quelle conférence de lancement d’un constructeur majeur ), à un genre de rassemblement où quelques indépendants viennent écouter béatement la parole de dirigeants de grand groupes qui n’ont de toutes façons aucune envie de partager leur stratégie publiquement ; Avec en plus ces grands groupes comme partenaires qui viennent uniquement parce que leur concurrent est là également et qu’il ne faudrait pas laisser la place vide.
Je comprendrais que je ne sois pas représentatif de cette audience, mais j’ai peiné à trouver un véritable intérêt sur le sujet Web, pour la profession Web, surtout lorsque cet événement est vendu pour une rencontre internationale. Tout au plus, j’y vois un petit salon professionnel hosté par un très médiatique –et néanmoins businessman avisé- Loïc Le Meur qui fait ici davantage marcher sa petite entreprise. J’espère que les participants (payant 1250€) y auront au moins trouvé leur compte.

mardi 9 décembre 2008

Service clients Nespresso

Si je vous parle d’un colis qui vous est livré par la poste complètement explosé, vous me dites quoi ? Rien, en fait. Vous ne dites rien parce que vous êtes habitué et parce que vous êtes déjà bien content qu’il n’ait pas été retardé ou perdu.
C’est un peu plus problématique lorsque le colis en question est une commande de capsules Nespresso et que 80% d’entre elles sont éventrées. Comme le livreur de la Poste est déjà loin, il ne vous reste plus qu’à contacter le service clients Nespresso avec l’espoir qu’on vous écoute.

C’est ce qui m’est arrivé. Et là je suis tombé sur un service clients qui devrait servir de modèle à toute l’industrie (à commencer par les opérateurs de services internet).
Ma réclamation a été posée sur le site en ligne de Nespresso. Un conseiller m’a rappelé par téléphone moins de 4 heures après pour me proposer une procédure d’échange standard qui a été mise en place immédiatement, bien ficelée, où même les frais de renvoi de mon colis original étaient pris en charge par Nespresso. 48h après la première livraison fâcheuse, tout était rentré dans l’ordre. Étonnant non ?
Bilan tout de même de ces manipulations malencontreuses de La Poste : une demi-heure perdue à faire l’inventaire des dégâts et à poser une réclamation, une demi-heure à faire la queue à La Poste pour renvoyer le paquet, une centaine de doses de café irrécupérables par le fournisseur, un service clients payé à gérer la mécanique de rattrapage. Cela fait cher pour des inattentions de manipulation d’un transporteur. Cher à l'entreprise et donc, au final, au consommateur.

lundi 8 décembre 2008

KFC et la loi Toubon

C’est toujours bon de recevoir les pubs KFC dans sa boîte aux lettres et de passer 5 minutes à tenter de lire les noms de produits sur le flyer. Tous sont affublés d’un nom anglais qui sonne peut être bien dans la langue de Shakespeare, mais qui doit être franchement risible lorsqu’il est prononcé par un banlieusard venu chercher sa pitance en bordure d’un centre commercial.

Je ne détaillerai pas les Ceasar Brazer, Hot wings, Zinger Tower, Tiwster et autres Bucket car ils se distinguent par un signe de marque déposée (sigle qui n’a que très de valeur en Europe, d’ailleurs).
Mais quid des « Sweet taste by KFC » ou « Sweet Honey » (non trade-marqués) ? Aurait-on oublié la loi Toubon et les obligations de traduction ? Ou est-ce simplement pour se rapprocher d’un public jeune que l’on considère ou bilingue ou tellement analphabète qu’on se permette n’importe quoi ?

Le pompon revient au « 2 Pièces OR/H&S/MIX » (sic.).

Ridicule.

Urgences et topographie

En discutant avec la charmante pompier venue me vendre un calendrier (eh oui, la sensualité c’est plus vendeur que le sapeur velu) j’ai appris que la configuration d’accès à mon village permettait de faire arriver chez moi une ambulance en 5 minutes, mais qu’en cas d’incendie il fallait faire déplacer des engins d’une caserne située beaucoup plus loin. Pourquoi ? Parce que le pont enjambant la petite rivière du coin ne supporterait pas la charge.
Ce que je remarque, c’est que cette bizarrerie est parfaitement maîtrisée et planifiée, permettant de toutes manières d’avoir un service d’urgence fiable.
J’aurais aimé que certain ministère prenne en compte ces types de paramètres lorsqu’ils ont redéployé les forces de gendarmerie du département : Depuis l’an dernier, la gendarmerie la plus proche (moins de 3 minutes en voiture) n’est plus officiellement celle qui se déplace en cas de problème, préférant laisser opérer celle située à 10 km qui peut être là en une bonne dizaine de minutes.
Si la sécurité civile s’organisait comme cela, les pompiers vendraient beaucoup moins de calendrier pour la nouvelle année.

samedi 6 décembre 2008

Mattrach


Crazy Bell
Uploaded by mattrach


Sous ce pseudo se cache un jeune guitariste français de 17 ans, que les médias commencent à exhiber avec le qualificatif de « petit génie ». Mouais. Ses prestations télévisées m’ont fait surtout fait penser que s’il avait 10 ans de plus ou s’il était californien, personne ne se serait ému de son existence.
J’ai tout de même cherché à en savoir davantage et les Youtube, Skyblog et autres MySpace m’ont ouvert les yeux. On y voit un ado se mettant dans sa chambre, se filmant avec une webcam, et présentant ses compositions. Un ado presque comme tout le monde, dans une chambre sous les combles, avec un poster de son idole sur le mur (en l’occurrence le guitariste français Patrick Rondat), jouant en chaussette, habillé et coiffé comme tout le monde, voire moins crétinement que beaucoup de jeunes de son âge.
D’un point de vue musical, les morceaux sont intéressants. Beaucoup d’influences notables de grands guitaristes (Satriani), très bien arrangés. Mais le plus bluffant est ailleurs. Mattrach est déjà un multi-instrumentiste expérimenté (guitare, batterie, basse). Mais il intervient surtout à tous les échelons de ce que pourrait lui apporter l’industrie du disque : Producteur de ses morceaux, ingénieur du son, réalisateur et monteur de clips vidéo ; et surtout chef produit et commercial (voir sa vente de musique en ligne ainsi que ses bannières commerciales). Être capable d’inventer, produire, promouvoir et commercialiser un produit, c'est-à-dire de maîtriser tous les maillons de la chaîne en ayant compris une industrie complexe et pouvoir en exécuter tous ses plans d’actions, c’est là que je crie au génie. Quand bien même il serait très bien conseillé par la cellule familiale, il a là la maturité d’un pré-diplômé d’école de commerce et la pratique musicale d’un bon trentenaire du rock.
Lui qui, selon un reportage TV, souhaitait rejoindre une grande maison de disque, je lui conseillerais plutôt de continuer ce qu’il a commencé intuitivement : être une startup prometteuse du disque moderne.

mardi 2 décembre 2008

Gazole à 1 euro

Ca y est, le gazole peut se trouver à présent à 1 euro ! Ce prix symbolique permettra sans doute aux sociétés de transports de retrouver une meilleure santé financière et aux français de partir en vacances à Noël (hé oui, c’est le paradoxe de la crise !). Mais ce prix bas des carburants a malheureusement un effet de bord : Il alourdit à nouveau le pied droit des conducteurs.

Depuis que cette tendance baissière se fait sentir J’ai remarqué que les économies d’énergie découlant d’une conduite responsable ont presque totalement disparu. Les routiers n’hésitent pas à mettre toute la puissance de leur engin pour doubler, les taxis ont retrouvé leur côté pressé, les voitures à Boum-Boum ou avec un A aux fesses aiment à nouveau cramer de l’essence le samedi soir, les chefs de famille qui vont déjeuner chez belle-maman le dimanche tardent à partir mais tentent de combler leur retards en route… Et le tout dans un joyeux non-respect des limites de vitesse.

A croire que le respect et l’intelligence sur la route sont intimement liés au portefeuille.

Verger des Muses (Corbeil-Essonnes)

Dans un centre commercial récent de Corbeil-Essonnes (91) se tient le « Verger des Muses », sorte de librairie-papeterie géante qui aurait dérivée sur une boutique culturelle et de loisirs créatifs. Ce mélange des genres est souvent annonciateur d’un esprit de chaînes de magasins dont on reconnaît d’abord le concept avant d’en apprécier le choix. On y rentrerait presque avec suspicion.
Or, ce « verger » est tout le contraire. Un vrai choix de bouquins dans tous les styles et à des prix corrects; un rayon beaux-arts avec lithos, repros, tableaux dont on ne verra pas le contenu au LeroyRama ou Fly du coin ; des espaces presse, disques, loisirs créatifs… le tout sur une surface de vente aérée et avec un personnel plutôt aimable.
Bref, un endroit agréable où on aime passer du temps. Une vraie alternative aux chaînes –qui ne nous surprennent plus- et un cran au dessus de la librairie de quartier.